Psychopolitics of the scarecrow

Jorge Majfud 

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

President Donald Trump has just announced that, to answer the endless list of books that criticize him (especially books written by his former friends and trusted men, who by now are almost all of them), the White House will publish “a real book”. Obviously, he won’t write it, although, in our time, it wouldn’t be absurd for a person who never reads books to publish a book.

Nor is it a coincidence that his Twitter account (which is the main medium where the president of the world’s biggest power announces the decisions that will affect the rest of the world and where he expresses his mood according to the time of day) is @realDonaldTrump, while obsessively repeating that the rest of the world is fake. The world is fake, except me, who is real.

The psychological pattern is consistent and reveals a dark inverse feeling, similar to that of the homophobia of some men who get excited looking at images of men (according to laboratory tests), similar to the consumption, by a majority of women, of pornography where violence is exerted against women (according to the latest Big Data analysis), or the strict and puritanical public celibacy of rapist priests.

Nor could it be a coincidence that, in its etymology and in some of its archaic uses, the word trump means fake, false, invention, the noise produced by the elephant (don’t forget that the elephant is the symbol of the Republican party) with its trunk, a kind of fart or thrombotic noise without content, or a childish act. Of course, the latter could be an over-interpretation, since we are talking about an individual and not an entire linguistic tradition where the patterns leave little room for doubt. At least that the boy Donald has had some information about his wonderful surname, as much as his own children’s readings.

Nor should it be a coincidence that his youngest son is called Baron Trump, exactly like the character in the children’s novels that Ingersoll Lockwood wrote in the late 19th century about a German character (his father was a German illegal immigrant) called Baron Trump. The character, in addition to initiating his adventures in Russia, being a rowdy and fond of insulting each individual who came across him along the way, boasts of his own intelligence.

Too many coincidences, such as winning the lottery four times.

Nor is it a coincidence that it was Trump who made the term “fake news” fashionable. By action or omission, the big media have always manipulated reality, at least since the nineteenth century (we have already stopped on the case of Edward Bernays and many others) but power always finds a way to dispel doubts by mocking its own methods when they reach a point of maximum suspicion. In 1996, the narrative voice of my first novel said something with which I agree: “There is no better strategy against a true rumor than to invent a false rumor that pretends to confirm it”. The logic of the designed distraction is the same (although, in this case, I understand that it is not intentional but part of the inevitable Darwinian nature of power): it invents a visible enemy of power, that resembles true power and that is in such a way that even the very critics of power end up defending the means of power. In simpler words: design a good scarecrow, distract; call the fake real and the real fake.

This logic is tragically confirmed today: the mass media have always been real in their news and fake in the created reality. By the form and by the selection of real facts, they have always manipulated and continue to manipulate reality, even though they now seem to be the champions of the people, of the peoples, of truth and justice. But for a fake president, a ridiculous person like a scarecrow, someone who became president of the most powerful country in the world with fewer votes than his adversary, thanks to an electoral system inherited from the times of slavery, with a medieval discourse, makes decent and reasonable people take sides on the contrary, that is, by defending the traditional means of real power, now “under attack,” those very people who until not long ago defended, supported or, at least, never criticized criminal actions like the Iraq war or like so many other secret invasions and plots everywhere. With honorable and courageous exceptions, it goes without saying, because in every flock there are black sheep.

Power doesn’t even need to think to be great. It is part of its nature.

When someone obsessively calls himself “real” and everything else “fake,” it is because he is obsessively trying to hide a painfully contrary feeling: a repressed consciousness of not being “real,” of being “fake,” of being Trump. Otherwise, there is no need for a consistently obsessive habit. But Trump is just a scarecrow of power. Pathetic, a dangerous amplifier of popular fears and traumas, yes, but not much more than that.

To the traditional powers (the owners of the decisive capital, of the finances, of the business of war and the peace of the cemeteries, of the physical and moral exploitation of those from below), all that confusion, all that perfect inversion of roles comes as a ring to the finger. As if there were a Darwinian logic in the staging and narrative of the power that permanently adapts to survive. Even placing a scarecrow in the power of the world’s greatest power so that crows and seagulls alike remain stressed with an artefact that insists it is the only real thing in a fake world.

 

Courtesy of Tlaxcala
Source: https://majfud.org/2018/09/11/la-psicopolitica-del-espantapajaros/
Publication date of original article: 11/09/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24055

Anuncios

Psychopolitique de l’épouvantail

Jorge Majfud 

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Le président Donald Trump vient d’annoncer qu’en réponse à la liste interminable de livres qui le critiquent (en particulier les livres écrits par ses anciens amis et hommes de confiance, qui sont désormais presque tous dans ce cas), la Maison Blanche va publier “un vrai livre », « a real book ». Évidemment, il ne l’écrira pas, même si, à notre époque, il ne serait pas absurde qu’une personne qui ne lit jamais de livres en publie un.

Ce n’est pas non plus une coïncidence si son compte Twitter (qui est le principal média où le président de la plus grande puissance mondiale annonce les décisions qui affecteront le reste du monde et où il exprime son humeur selon l’heure du jour) est @realDonaldTrump, tout en répétant de manière obsessive que le reste du monde est faux. Le monde est faux, sauf moi, qui suis réel.

Le schéma psychologique est cohérent et révèle un sombre sentiment inverse, semblable à celui de l’homophobie de certains hommes qui s’excitent en regardant des images d’hommes (selon des tests de laboratoire), semblable à la consommation, par une majorité de femmes, de pornographie où la violence est exercée contre les femmes (selon la dernière analyse Big Data), ou le célibat public strict et puritain de prêtres violeurs.

Ce n’est pas non plus un hasard si, dans son étymologie et dans certains de ses usages archaïques, le mot trump signifie fake, faux, invention, le bruit produit par l’éléphant (n’oublions pas que l’éléphant est le symbole du parti républicain) avec sa trompe, une sorte de bruit de pet ou de trompette sans contenu, ou un acte enfantin. Bien sûr, cette dernière pourrait être une surinterprétation, puisqu’il s’agit d’un individu et non d’une tradition linguistique entière où les schémas laissent peu de place au doute. À moins que le jeune Donald n’ait eu quelques informations sur son merveilleux nom de famille, ainsi que de ses propres lectures d’ enfant.

Ce n’est pas non plus un hasard si son plus jeune fils s’appelle Baron Trump, exactement comme le personnage des romans pour enfants qu’Ingersoll Lockwood a écrits à la fin du 19e siècle sur un personnage allemand (son père était un immigrant illégal allemand) appelé Baron Trump. Le personnage, en plus d’initier ses aventures en Russie, d’être un bagarreur et d’aimer insulter chaque individu qui a croisé son chemin, se vante de sa propre intelligence.

Trop de coïncidences, comme gagner au loto quatre fois.

Ce n’est pas non plus une coïncidence si c’est Trump qui a mis le terme “fausses nouvelles” à la mode. Par l’action ou l’omission, les grands médias ont toujours manipulé la réalité, du moins depuis le XIXe siècle (nous nous sommes déjà penchés sur le cas d’Edward Bernays et de bien d’autres), mais le pouvoir trouve toujours le moyen de dissiper les doutes en se moquant de ses propres méthodes quand elles atteignent un niveau de suspicion maximal. En 1996, lle narrateur de mon premier roman disait une chose avec laquelle je suis d’accord : « Il n’y a pas de meilleure stratégie contre une vraie rumeur que d’inventer une fausse rumeur qui prétend la confirmer ». La logique de la distraction conçue est la même (bien que, dans ce cas, je comprenne qu’elle n’est pas intentionnelle mais qu’elle fait partie de la nature darwinienne inévitable du pouvoir) : elle invente un ennemi visible du pouvoir, qui ressemble au vrai pouvoir et qui est tel que même les critiques du pouvoir défendent les moyens du pouvoir. En d’autres termes : concevoir un bon épouvantail, distraire, appeler le faux vrai et le vrai faux.

Cette logique est tragiquement confirmée aujourd’hui : les médias de masse ont toujours été réels dans leurs informations et faux dans la réalité créée. Par la forme et par la sélection des faits réels, ils ont toujours manipulé et continuent de manipuler la réalité, même s’ils semblent maintenant être les champions du peuple, des peuples, de la vérité et de la justice. Mais qu’un faux président le dise soudain, un ridicule comme un épouvantail, quelqu’un qui est devenu président du pays le plus puissant du monde avec moins de voix que son adversaire, grâce à un système électoral hérité des temps de l’esclavage, avec un discours médiéval, fait que des gens décents et raisonnables prennent parti au contraire, c’est-à-dire en défendant les moyens traditionnels du pouvoir réel, aujourd’hui “attaqués”, ceux-là mêmes qui, jusqu’il n’y a pas si longtemps, défendaient, soutenaient ou, du moins, ne critiquaient jamais des actes criminels comme la guerre en Irak ou comme tant d’autres envahissements et complots secrets partout. Avec des exceptions honorables et courageuses, cela va sans dire, car dans chaque troupeau il y a des brebis galeuses.

Le pouvoir n’a même pas besoin de penser pour être génial. Ça fait partie de sa nature.

Quand quelqu’un se dit obsessionnellement “réel” et tout le reste “faux”, c’est parce qu’il essaie obsessivement de cacher un sentiment douloureusement contraire : une conscience refoulée de ne pas être “réel”, d’être “faux”, d’être Trump. Sinon, il n’est pas nécessaire d’avoir une habitude obsessionnelle constante. Mais Trump n’est qu’un épouvantail de pouvoir. Pathétique, un dangereux amplificateur de peurs et de traumatismes populaires, oui, mais pas beaucoup plus que ça.

Pour les pouvoirs traditionnels (ceux qui contrôlent les capitaux décisifs, les finances, les affaires de guerre et de paix des cimetières, l’exploitation physique et morale de ceux d’en bas), toute cette confusion, toute cette inversion parfaite des rôles sied comme un gant. Comme s’il y avait une logique darwinienne dans la mise en scène et la narration du pouvoir qui s’adapte en permanence pour survivre. Y compris en mettant un épouvantail au pouvoir de la plus grande puissance du monde pour que les corbeaux et les mouettes restent en état de stress face à un artefact qui insiste sur le fait qu’il est le seul truc real dans un monde fake.

 
Courtesy of Tlaxcala
Source: https://majfud.org/2018/09/11/la-psicopolitica-del-espantapajaros/
Publication date of original article: 11/09/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24056